Ateliers de travail (après-midi)

Les sujets seront discutés avec vous de manière concrète durant l'après-midi. Des experts nationaux et internationaux vous familiariseront par leurs exposés "spotlight" (du type éclairage de mise en scène) avec les dernières tendances et best practice (bonnes pratiques). L'animation des groupes de discussion permettra d'élaborer des activités concrètes pour la branche de la géomatique et de la gestion territoriale :

Ateliers de 14:15 à 15:30 heures

La digitalisation – comment saisir les opportunités ?

De nouvelles libertés d'action s'ouvrent grâce aux nouvelles technologies. Comment les branches GEO les mettront-elles à profit ? Nous ferons une simulation du quotidien du géomètre couronné de succès de l'année 2017 sous forme d'hologramme animé. Forts de leurs expériences, idées et pronostics, les participants vont enrichir spontanément cet hologramme. Cette vision de l'avenir permet des conclusions au sujet du besoin actuel d'agir. Le mode hautement interactif de l'atelier de travail de FutureNow, est garant d'un échange d'idées intense.

Image de notre profession – sommes-nous suffisamment attractifs ?

Pour favoriser la relève, il est essentiel que les branches GEO proposent des perspectives professionnelles intéressantes. Ce n'est pas la technologie, mais bien le sens de notre travail qui doit être mis en avant et ainsi devenir attractif pour les jeunes générations. Des concepts de formation perméables et une communication ciblée sur les groupes intéressants sont nécessaires pour garantir la relève des ingénieurs, aussi à l'avenir.

Placé sous l'égide de geosuisse un atelier de travail sous forme d'exposés "spotlight" (du type éclairage de mise en scène), de Suisse et d'Allemagne  (www.komm-mach-mint.de), présentera volontairement d'autres avis et ébauches de solutions. Faites-vous surprendre et inspirer !

Gestion territoriale – comment travaillerons-nous ensemble dans le futur ?

Des intérêts très différents doivent être pris en compte et des solution consensuelles trouvées. Dans le contexte du stress lié à la promiscuité, la gestion territoriale est de plus en plus une affaire de personnes (people business). Les personnes impliquées, conseillers et animateurs, doivent faire preuve non seulement de qualités techniques, mais aussi de compétences sociales. Les défis futurs pourront être appréhendés grâce à la découverture de nouvelles idées, grâce à la compréhension pour les processus politiques et grâce à la capacité de gestion des conflits.

M. Yves Maurer de l'office fédéral du développement territorial et M. le Pr. Dirk Engelke de l'Institut für Raumentwicklung (IRAP) de la Haute Ecole de Rapperswil (HSR) organiseront cet atelier de travail. Des conférenciers suisses et internationaux "pimenteront" les discussions par un dosage approprié.

Ateliers de 16:05 à 17:25 heures

Construire digital – comment créer des plus-values?

Détecter les changements au bon moment : la numérisation croissante de notre environnement aura un grand impact sur l’industrie de la construction. Les nouvelles technologies intègrent et optimisent les procédures entre les divers intervenants.

Définir les objectifs : les systèmes d'information géographique (SIG) et les modèles d'informations des bâtiments (BIM) vont converger. La conception numérique du paysage et des centres urbains requiert le développement de méthodes d’échanges entre ces deux systèmes.

Saisir les opportunités : les membres d’IGS ont la capacité créer une passerelle entre le SIG et le BIM. La possible mise en place future d’une procédure digitalisée régissant les autorisations de construire en est une illustration. Les restrictions du cadastre RDPPF, ainsi que des prescriptions communales et cantonales pourraient être intégrées dans une maquette numérique de référence. Des données BIM des projets exécutés pourraient être intégrées dans le système GIS existant et ainsi le mettre à jour d’une manière continue. 

Cet atelier de travail est sous l'égide de Bauen Digital Schweiz ; il sera animé par le Dr Bernd Domer, professeur HES et responsable de l'institut inPACT de la haute école du paysage, d'ingénierie et d'architecture (hepia) de Genève.Il sera appuyé par Monsieur Bernard Cherix, responsable de la formation « BIM » des étudiants de l’architecture à l’EPFL et Monsieur Christoph Käser, responsable du cadastre RDDPF et coordination à l’office fédéral de topographie Swisstopo.

Public Private Partnership (PPP) – quel rôle futur pour les ingénieurs-géomètres indépendants?

L'importance des données géographiques n'est pas toujours évidente, ce qui a pour effet d'accroître la pression politique et financière. Ceci a pour conséquence de nombreuses questions sur les modèles et la répartition des tâches actuels. Les besoins des utilisateurs actuels et futurs devront, à l'avenir, être davantage pris en compte. Pour cela, une meilleure compréhension du rôle de chaque acteur est nécessaire.

Compte tenu de l'évolution rapide des processus (le tout digital, la maîtrise d'un flot impressionnant de données, les blockchains…) et des adaptations nécessaires en termes d'organisation (gouvernance à géométrie variable, une manière d'agir engagée, la flexibilité accrue des administrations, de nouvelles voies de communication…), la profession et le rôle de l'ingénieur-géomètre dans le contexte des PPP doivent se réinventer, "afin de ne pas tomber dans les oubliettes par la 'faute' des smartphones". Les changements et les nouvelles conditions-cadres amènent toujours leur lot d'énergies et de chances. Sommes-nous disposés et à même de les mettre à profit à notre avantage ?

Les exposés d'entrée en matière de Think Tank Dimension Cadastre reprennent les sujets suivants : gouvernance à géométrie variable, plateformes administratives de sur-traitance et les blockchains. La discussion qui s'ensuivra cherche des réponses sur la manière de faire évoluer ces processus. 

Gestion de notre espace de vie – comment allons-nous modeler le futur ?

Afin de gérer une Suisse de 10 millions d'habitants, il est nécessaire de mettre en œuvre de nouveaux moyens de réflexion et de planification. La géoinformation ne doit plus être représentée par un fond de carte figé, mais doit s'orienter vers des nouveaux moyens de visualisation. Grâce à la troisième et la quatrième dimension, ce n'est pas seulement la force de la représentation qui augmente désormais, mais c'est aussi la complexité de la modélisation qui se modifie.

Le Pr Dirk Engelke de l'Institut für Raumentwicklung (IRAP) de la Haute Ecole de Rapperswil (HSR) animera cet atelier de travail en collaboration avec M. Yves Maurer de l'office fédéral du développement territorial. Des exposés "spotlight" (du type éclairage de mise en scène) examineront non seulement les agglomérations mais également le développement de l'espace rural et les infrastructures futures qui seront nécessaires.

De 14:25 à 17:25 heures Atelier de travail de CLGE (anglais)

Une manifestation qui se tient parallèlement à ces trois filières est l'atelier de travail CLGE  ayant pour sujet Surveyors and Carthography - yesterday, today and ... tomorrow qui s'adresse aux membres internationaux du CLGE et les visiteurs intéressés.

De 17:30 à 18:20 heures Présentation finale et incitation à l'action

En guise de clôture des ateliers de travail, les résultats seront présentés en session plénière à 17:40 heures, permettant à tous les participants de profiter non seulement des ateliers de travail auxquels ils ont assisté personnellement, mais aussi des conclusions de ceux qui se sont déroulés en parallèle.

Les organisateurs de l'événement sont persuadés d'offrir à tous les participants des suggestions précieuses à retenir pour leur quotidien professionnel. Ce serait merveilleux si, le lendemain, toutes les associations professionnelles concernées reprenaient ces incitations à réfléchir lors de leurs assemblées, pour en décliner des plans d'action.